Je les aime tièdes
Comme des œufs durs
Au petit matin,
De la brillance
Des œufs de Pâques,
Ces chocolats
Plutôt ovales,
Dont je suis friand
De jour, de nuit.
 
Je les aime durs,
Doux dans mes mains,
Comme du coton
Qui prend la forme
Des vases d'amour
Qui les contiennent,
Aux bouts tout tremblants
De mes doigts.
 
Je les aime mûrs,
Plutôt pointus,
Comme des fruits
Bien attachés,
Aux bras des arbres,
Qu'ils soient de face
Ou de profil,
A la fleur de l'âge,
A fleur de mes pores,
Dans le vaste champ,
De l'univers
De mon regard.
 
Je les déteste,
Au silicone,
Qui cache leur âge,
A mes grands yeux
Curieux à souhait,
De leur beauté,
Comme des breloques
Sur leurs poitrines,
Et qui pour moi,
Donne le coup de grâce
A la poule aux œufs d'or.

Ecrit par Jean Saint-Vil